Liberté d’expression et droit de commenter les tweets de (...)

Un juge fédéral ordonne la publication de la déposition de (...)

Liberté de religion. Mise en place d’une Task Force au (...)

Judaïsme orthodoxe hassidique. De l’« intérêt de l’enfant » en (...)

@realDonaldTrump et 1er Amendement. Du droit de commenter (...)

Torture : le juge Scalia fait valoir son point de vue

La Commission du Renseignement du Sénat américain a publié le 9 décembre 2014 un rapport sur les tortures perpétrées par la CIA après le 11-Septembre. Le rapport a été très commenté (a-t-il été vraiment lu ? qu’est-ce qui le distingue des autres rapports existant sur le sujet et concluant dans le même sens ?). C’est dans ce contexte que, dans une interview radio accordée à la Radio Télévision Suisse (11 décembre 2014), le juge Antonin Scalia apporte sa caution à une opinion minoritaire existant dans le débat public américain : il faut sortir du New York Times, du Washington Post ou du LA Times - qui ont par ailleurs commis de très intéressants papiers sur le sujet, notamment un article de Thomas L. Friedman, "We’re always still Americans" - pour concevoir que cette opinion n’est pas marginale dans la société américaine. Le juge Scalia reprend en réalité à son compte deux arguments usuels : l’argument tenant à l’absence de dispositions dans la Constitution américaine portant prohibition de l’usage de mauvais traitements contre les terroristes (argument auquel l’on objecte constamment le droit international) ; l’argument tenant à l’existence de cas-limites dans lesquels nul ne peut dire à l’avance ce qu’il peut en être.

13 décembre 2014

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint