Chroniques américaines

Qu’est-ce qu’un contrat (d’artiste) ? La réponse des Marx (...)

Cinéma, conscience sociale et droit du travail

La consistance juridique de l’embargo économique et financier (...)

Paul Krugman : pourquoi la présidence Obama est-elle plus (...)

Terrorisme et droit. Un juge fédéral condamne l’Iran à verser des dommages et intérêts aux victimes de l’attentat de 1983 contre l’ambassade américaine à Beyrouth

La cour fédérale de district pour le district de Columbia condamne l’Iran à payer 8,4 milliards de dollars aux victimes de l’attentat contre l’ambassade américaine à Beyrouth de 1983. Ce montant comprend notamment les dommages et intérêts punitifs décidés par la cour. Le 18 avril 1983, un kamikaze du Hezbollah, au volant d’un véhicule chargé de plus de 2.000 kilos d’explosifs avait fait exploser les charges contre l’ambassade américaine à Beyrouth (Liban), tuant 63 personnes. Cet attentat sera suivi six mois plus tard (23 octobre 2013) par un autre attentat célèbre visant cette fois la caserne des soldats américains et français à Beyrouth (près de 300 soldats américains et français tués). Cet autre attentat s’était déjà prêté à une décision judiciaire américaine condamnant l’Iran à plus de 9,5 milliards de dollars pour son soutien au Hezbollah.

Estate of John Doe, et al., v. Islamic Republic of Iran, et al., 9 mai 2013.

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint