L’Impeachment de Donald Trump. Textes et documents.

Ochlocratie ou République plébiscitaire ? Jules Lemaître, La (...)

Cour suprême. Les nominations de Donald Trump

La First Lady des Etats-Unis : une institution politique, (...)

Pascal Mbongo, E Pluribus Unum. Du creuset américain, (...)

De la diversité à la Cour suprême du Minnesota

Le Gouverneur démocrate du Minnesota a nommé le 20 août 2012, la première femme noire juge à la Cour suprême du Minnesota : Wilhelmina Wright.

Âgée de 48 ans, Wilhelmina Wright était depuis 2002 juge à la Cour d’appel du Minnesota.

Elle occupera le siège laissé vacant par la juge Helen Meyer qui, par lettre au Gouverneur le 10 mai 2012, lui avait fait part de sa démission de la Cour à compter du 10 août 2012, ce après dix années de service à la Cour (elle fut nommée en 2002 sur un siège vacant et fut élue en 2004 puis réélue en 2010). Elle a rejoint depuis le 10 août 2012 la Faculté de droit William Mitchell à Saint-Paul (Minnesota) comme Distinguished Jurist in Residence.

Wilhelmina Wright a été sociétaire de Yale et de Harvard. C’est à Harvard qu’elle fut rédactrice en chef (Executive Editor) de la Harvard Civil Rights and Civil Liberties Law Review. Au terme de cette formation académique, elle devient avocate et rejoint un cabinet d’avocats de Washington, puis substitut fédéral auprès de différents parquets fédéraux, puis juge.

Governor Dayton & Judge Wright

« Je suis honoré d’annoncer ma première nomination à la Cour suprême du Minnesota, la juge d’appel Wilhelmina Wright », a déclaré le Gouverneur Mark Dayton, « Ce fut une décision très difficile à prendre, dès lors qu’il y avait quatre superbes candidats recommandés par la commission de sélection des juges de l’Etat (…). La juge Wright a démontré son exceptionnelle expertise judiciaire en rendant plus de 700 arrêts pendant sa dizaine d’années de service comme juge de la Cour d’appel du Minnesota. J’ai lu un certain nombre de ces arrêts avant de prendre ma décision. J’ai été très impressionné par son intellect exceptionnel, ses qualités rédactionnelles et, plus encore, par l’excellence de son jugement. Je suis convaincu de ce qu’elle servira les citoyens du Minnesota auprès de notre Cour suprême avec une grande distinction ».

Le fait pour le Gouverneur du Minnesota de revendiquer ainsi la lecture des arrêts rendus par l’impétrante est d’autant moins exceptionnel dans le contexte des Etats-Unis que ce Gouverneur a été sénateur des Etats-Unis et a donc approché les procédures ‒ peu amènes ‒ de confirmation par le Sénat des personnes pressenties à certains hauts emplois fédéraux ou aux postes de juges fédéraux.

Comme la durée du mandat des juges à la Cour suprême du Minnesota est de six ans, Mme Wright ira donc au terme de celui de la juge Helen Meyer mais devra se soumettre en 2016 à une élection pour pouvoir continuer de siéger à la Cour.

L’on fera encore observer que s’il est impossible de siéger à la Cour suprême du Minnesota si l’on n’est pas inscrit dans un barreau américain, le fait d’y siéger est en revanche incompatible avec tout exercice professionnel en tant qu’avocat.

Pascal Mbongo
24 août 2012

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint