« Enquête russe » et Impeachment de Donald Trump. Textes et (...)

« Enquête russe » et Impeachment de Donald Trump. Textes et (...)

Recours et actions contre l’état d’urgence sur la frontière sud (...)

Déclaration d’état d’urgence nationale pour la frontière (...)

Du gouvernement présidentiel. Les réserves d’interprétation (...)

« Enquête russe » et Impeachment de Donald Trump. Textes et documents (II).

26. Résolution du Comité judiciaire de la Chambre des Représentants autorisant son président, le démocrate Jerry Nadler, à enjoindre à l’US Attorney General William Barr, « s’il le juge utile », de remettre au Congrès le rapport du procureur spécial Mueller.

Adoptée le 3 avril 2019 sur une ligne de partage partisane entre Démocrates (majoritaires) et Républicains, cette résolution ne désigne pas seulement le rapport du procureur Mueller, mais également les « preuves (…) collectées, (les) matériaux préparés ou (les) documents utilisés », ainsi que d’anciens collaborateurs de Donald Trump à la Maison Blanche Trump, dont l’avocat de la Maison Blanche, Don McGahn, sa chef de cabinet, Ann Donaldson et l’ancien chef de cabinet de la Maison-Blanche Reince Priebus. La question en suspens, dès lors que le procureur général William Barr a dit vouloir transmettre au Congrès une version allégée du rapport, est celle de l’étendue de l’information du Congrès. « Évidemment, a dit Jerry Nadler, certains documents devront être expurgés avant qu’ils ne soient rendus publics afin de protéger la vie privée, les différents droits, mais le comité a le droit et doit voir tous les éléments et juger par lui-même de ce qui peut être expurgé aux fins de la publication ». Jerry Nadler a dit vouloir délivrer cette injonction dans les plus brefs délais.

25. Le rapport Mueller, le droit de grâce du président des États-Unis : débat constitutionnel à la Chambre.

Le sous-comité chargé de la Constitution, des droits civiques et de la justice civile de la Commission judiciaire de la Chambre des Représentants s’est réuni le 27 mars afin d’auditionner des juristes sur la double question de savoir si le président des États-Unis pouvait s’auto-gracier et/ou gracier ses proches condamnés à la faveur de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller. Il est vrai qu’à différentes reprises, Donald Trump avait suggéré ou laissé entendre qu’il pourrait prendre de telles décisions.
C’est cette prétention présidentielle que ne prétendait pas moins conjurer le Représentant démocrate Steve Cohen (Tennessee) à travers une proposition de loi constitutionnelle limitant la portée du pouvoir de grâce du président en excluant de son champ d’application ratione pesonae le président lui-même, les relations familiales du président, les personnes ayant servi dans son équipe de campagne ou dans son administration (H. J. RES. 8 Proposing an amendment to the Constitution of the United States limiting the pardon power of the President).

“The President shall not have the power to grant pardons and reprieves to himself or herself, to the President’s brother, sister, brother-in-law, sister-in-law, spouse, parent, child, or grandchild or to the spouse of the President’s grandchild, to the President’s aunt, uncle, nephew or niece or to the spouse of the President’s nephew or niece, or to the President’s first or second cousin, the spouse of the President’s first or second cousin, the President’s mother-in-law, father-in-law, son-in-law, or daughter-in-law, or to any current or former member of the President’s administration, or to anyone who worked on the President’s presidential campaign as a paid employee.”

Convoquée avant la remise à William Barr du rapport du procureur spécial, cette réunion a fini par changer substantiellement d’objet puisque les juristes auditionnés ont été conduits à répondre à des questions sur le contenu hypothétique du rapport et sur l’opportunité et/ou la nécessité et/ou la constitutionnalité pour le Congrès d’en prendre connaissance.

24. Donald Trump en route pour 2020.

La fin de l’enquête russe du procureur spécial Robert Mueller et l’exonération du président Donald Trump de toute responsabilité pénale constitue la rampe de lancement de la campagne des Républicains pour l’élection présidentielle et les élections au Congrès de 2020. Entre autres conséquences, cet épilogue annihile la tentation prêtée à certains Républicains (dont le sénateur Mitt Romney) de concurrencer Donald Trump pour l’investiture républicaine à l’élection présidentielle de 2020. Les primaires républicaines (puisqu’il en existera nécessairement) devraient donc être une formalité pour le président sortant Donald Trump. Ci-après la couverture de la première livraison d’avril de Time.

[Donald] Trump, rapporte Associated Press, est entré mardi [26 mars 2019] dans une réunion animée de républicains au Sénat, entouré par les leaders du parti. Il a affirmé que le résumé du rapport de Mueller publié par l’US Attorney General William Barr « n’aurait pas pu être meilleur ». Les sénateurs du GOP ont applaudi à son arrivée, et il a célébré ce qu’il a appelé son « bon état de santé ».

Dans la soirée du 27 mars, Donald Trump a été aimablement reçu par Sean Hannity sur la chaîne d’information Fox News, marquée à droite. L’audience du programme a été de 32% supérieure à sa moyenne habituelle.

23. Les présidents de six comités de la Chambre des représentants des États-Unis (Jerrold Nadler, Elijah E. Cummings, Adam B. Schiff, Maxine Waters, Richard E. Neal, Eliot L. Engel) ont écrit à l’US Attorney General, William Barr, afin d’exiger que le rapport du procureur spécial Robert Mueller soit mis à la disposition du Congrès.

Texte intégral de cette lettre, datée du 25 mars 2019 :

Dear Attorney General Barr :

Your March 24 letter concerning Special Counsel Mueller’s report leaves open many questions concerning the conduct of the President and his closest advisors, as well as that of the Russian government during the 2016 presidential election. Accordingly, we formally request that you release the Special Counsel’s full report to Congress no later than Tuesday, April 2. We also ask that you begin transmitting the underlying evidence and materials to the relevant committees at that time.

As you know, on March 14, the full House of Representatives approved H. Con. Res. 24, calling for the release of the Special Counsel’s report by a vote of 420-0.[1] Each of our committees is currently engaged in oversight activities that go directly to the President’s conduct, his attempts to interfere with federal and congressional investigations, his relationships and communications with the Russian government and other foreign powers, and/or other alleged instances of misconduct.

Your four-page summary of the Special Counsel’s review is not sufficient for Congress, as a coequal branch of government, to perform this critical work. The release of the full report and the underlying evidence and documents is urgently needed by our committees to perform their duties under the Constitution. Those duties include evaluating the underlying facts and determining whether legislative or other reforms are required—both to ensure that the Justice Department is able to carry out investigations without interference or obstruction by the President and to protect our future elections from foreign interference.

First, Congress must be permitted to make an independent assessment of the evidence regarding obstruction of justice. The determinations you have reached regarding obstruction and the manner in which you chose to characterize the Special Counsel’s investigation only raise further questions, particularly in light of the Special Counsel’s decision to refrain from making “a traditional prosecutorial judgment.”[2] We also cannot evaluate your determination that “the report identifies no actions” that meet the elements of obstruction in the absence of the report, evidence and other materials.[3]

Second, we have no reason to question that Special Counsel Mueller made a well-considered prosecutorial judgment in two specific and narrow areas—whether the Trump campaign conspired to join Russia’s election-related online disinformation and hacking and dissemination efforts. But it is vital for national security purposes that Congress be able to evaluate the full body of facts and evidence collected and evaluated by the Special Counsel, including all information gathered of a counterintelligence nature.

The provision of the report—in complete and unredacted form—and the underlying evidence and materials would be fully consistent with the Justice Department’s practice and precedent with Congress, which the Department reinforced in recent years. With respect to the Hillary Clinton email investigation, the Department and the FBI released more than 880,000 pages of documents, publicly identified career officials involved in the case, and produced volumes of internal deliberative materials, including sensitive investigatory and classified materials.[4] In response to congressional requests and subpoenas regarding allegations of bias in the Russia investigation, the Department produced to congressional committees thousands of pages of highly sensitive law enforcement and classified investigatory and deliberative records related to that investigation—which remained open and ongoing at the time. Moreover, the Department produced to congressional committees in full, and then took the unprecedented step of releasing to the public in redacted form, multiple documents related to the surveillance of a United States person under the Foreign Intelligence Surveillance Act.[5]

We look forward to receiving the report in full no later than April 2, and to begin receiving the underlying evidence and documents that same day.[6] To the extent that you believe applicable law limits your ability to comply, we urge you to begin the process of consultation with us immediately in order to establish shared parameters for resolving those issues without delay.

Sincerely,

[1] Roll Call Vote No. 125, 116th Cong., Mar. 14, 2019.
[2] Letter from U.S. Attorney General William Barr to Chairman Jerrold Nadler, H. Comm. on the Judiciary, et al., Mar. 24, 2019.
[3] Id.
[4] See, e.g., A Review of Allegations Regarding Various Actions by the Federal Bureau of Investigation and Department of Justice in Advance of the 2016 Election, hearing before the H. Comm. on the Judiciary, June 28, 2018 (statement of FBI Director Christopher Wray).
[5] Byron Tau, et al., Trump Orders Declassification of Intelligence Documents Related to Former Adviser Carter Page, Wall St. Journal, Sept. 17, 2018.
[6] As to materials that are subject to Rule 6(e) of the Federal Rules of Criminal Procedure, there is precedent for the release of such materials to Congress under similar circumstances. We look forward to discussing this issue to determine if we can reach a mutually acceptable accommodation.

22. Les principales conclusions du rapport Mueller éclaircissent l’horizon de Donald Trump

Le 24 mars 2019, l’US Attorney General William Barr a écrit à quatre hauts dignitaires du Congrès (document ci-après) afin de les informer des principales conclusions du rapport que le procureur spécial Robert Mueller lui a remis le 22 mars 2019. William Barr annonce principalement trois choses au Congrès : en premier lieu, le procureur Robert Mueller conclut que le candidat Donald Trump ni aucun de ses collaborateurs n’a conspiré ni coordonné les manoeuvres et les actions des Russes en vue de corrompre l’élection présidentielle américaine de 2016 ; en deuxième lieu, et s’agissant d’une éventuelle obstruction à la justice, le procureur Mueller conclut qu’il n’a pas été en situation ni d’en apporter la preuve, ni d’en exonérer le président Donald Trump, le procureur spécial laissant en la matière la décision finale (poursuite ou non) à l’US Attorney General William Barr ; en troisième lieu, et s’agissant précisément de la question de l’éventuelle obstruction à la justice commise par le président Donald Trump, William Barr annonce au Congrès que le Département de la justice n’ira pas plus loin, puisque, indépendamment des questions constitutionnelles relatives à l’engagement de la responsabilité pénale du président, les données recueillies par le procureur Mueller ne réunissent pas tous les « éléments constitutifs de l’infraction » (pour parler comme en France) au regard desquels les procureurs fédéraux agissent habituellement avec à la fois la certitude d’une infraction, la certitude d’une inculpation par un Grand Jury, la certitude d’une condamnation pénale.

Lettre de William Barr au C... by on Scribd

Observations.

1. L’épilogue de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, s’agissant du président Donald Trump n’est à l’évidence pas accordée : - au coût colossal de cette enquête (voir infra, le point 21) ; - à la médiatisation sans précédent de cette enquête, avec notamment 533.074 articles publiés en ligne depuis le mois de mai 2017, ces articles ayant eux-mêmes induit près de 245 millions d’interactions sous la forme de likes, de commentaires et de partages sur Twitter and Facebook (Source : NewsWhip).

2. L’épilogue de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller est embarrassant pour les démocrates à différents titres. En premier lieu, il permet aux Républicains de présenter le président Donald Trump comme ayant été victime d’une campagne initiée et orchestrée par « les médias » et par les démocrates. D’autre part, il annihile pratiquement tout risque d’Impeachment du président. En effet, s’il est vrai que sur la question de l’obstruction à la justice le procureur spécial Mueller ne conclut ni dans un sens ni dans l’autre, l’on imagine mal une Commission d’enquête du Congrès parvenir à étayer son accusation par des preuves que le FBI et le procureur spécial ne sont pas, pour leur part, parvenus à réunir. La Speaker de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, dans une interview au Washington Post, avait déjà suggéré en mars aux démocrates de ne plus se donner pour objectif l’Impeachment de Donald Trump ("Impeachment is so divisive to the country that unless there’s something so compelling and overwhelming and bipartisan, I don’t think we should go down that path, because it divides the country. And he’s just not worth it." : The Washington Post, 11 mars 2019). Elle voudra sans doute peser de tout son poids pour éteindre les dernières tentations de cette nature au sein des démocrates de la Chambre. La question n’est pas loin d’être tranchée aux yeux de tous. Adam Schiff, président démocrate de la Commission du Renseignement de la Chambre témoigne de cet embarras : alors que le vendredi 22 mars 2019, il assurait au San Francisco chronicle que s’il n’y avait pas de « bombe » dans le rapport du procureur spécial, il n’y aurait pas de procédure d’Impeachment lancée par les Démocrates, le dimanche 24 mars, lors de l’émission This Week sur ABC, et alors que le Congrès n’avait pas encore été informé par l’US Attorney General William Barr, il faisait plutôt valoir que même si le rapport Mueller ne recommandait pas au ministre de la Justice de nouvelles inculpations (sous-entendu celle de D. Trump ou de l’un de ses proches), « cela n’exclut pas nécessairement la destitution du président Trump ».

Pour aller plus loin

21. Enquête Mueller. Coût : entre 10 et 13 millions de dollars.

L’on voudra trouver ci-après l’état des dépenses d’enquête du procureur spécial Mueller au 30 septembre 2018, soit 9.386.852 dollars. Si, par hypothèse, ses dépenses d’enquête se sont élevées entre 1 million et 4 millions de dollars entre octobre 2018 et mars 2019, il aura donc dépensé au total entre 10 et 11 millions de dollars. Sur la prise en charge par le Département de la Justice du budget du procureur spécial, voir infra, le point 1.

Dépenses Denquête Procureur... by on Scribd

20. Enquête Mueller. Bilan des poursuites et des condamnations.

On trouvera ici un récapitulatif des poursuites engagées par le procureur spécial Mueller à la faveur des infractions découvertes au cours de son enquête.

12. US v. Roger Jason Stone, Jr. (1 : 19-cr-18, District de Columbia)

Roger Jason Stone, Jr., 66 ans, de Fort Lauderdale, en Floride, a été arrêté à Fort Lauderdale le 25 janvier 2019 à la suite de la mise en accusation par un grand jury fédéral le 24 janvier 2019 dans le district de Columbia. L’acte d’accusation contenait sept chefs d’accusation : une entrave à la justice, cinq chefs de fausses déclarations et un chef de faux témoignage.

11. US v. Michael Cohen (1 : 18-cr-850, district sud de New York)

Michael Cohen de New York, New York, a plaidé coupable le 29 novembre 2018 pour avoir fait de fausses déclarations au Congrès américain, en violation du 18 USC 1001 (a). Le 12 décembre 2018, M. Cohen a été condamné à purger une peine de deux mois d’emprisonnement et à payer une amende de 50.000 $.

10. US v. Paul J. Manafort, Jr. (1 : 17-cr-201, District de Columbia)

Paul J. Manafort, né à Alexandria, en Virginie, a plaidé coupable le 14 septembre 2018 à une poursuite formée dans le district fédéral de Columbia, pour complot contre les États-Unis (complot en vue de commettre des actes de fraude, omission de déposer des rapports de comptes bancaires étrangers et violation de la Loi sur l’enregistrement des agents étrangers, mensonges et fausse déclarations au Département de la Justice) et complot visant à faire obstruction à la justice (faux témoignages). Le 13 mars 2019, P. Manafort a été condamné à une peine de prison de 73 mois. Voir également infra, le point 6.

9. US v. Viktor Borisovich Netyksho, et autres (1 : 18-cr-215, District de Columbia).

Un grand jury fédéral du district de Columbia a rendu un acte d’accusation le 13 juillet 2018 contre 12 ressortissants russes pour leur rôle présumé dans des complots de piratage informatique visant à interférer dans les élections américaines de 2016. L’acte d’accusation accuse 11 des accusés de complot en vue de commettre des infractions informatiques, de huit chefs de vol d’identité aggravé et de complot en vue de blanchir de l’argent. Deux des accusés sont accusés d’un complot distinct en vue de commettre des infractions informatiques.

8. US v. Konstantin Kilimnik (1 : 17-cr-201, District de Columbia).

Un grand jury fédéral du district de Columbia a rendu un acte d’accusation le 8 juin 2018, à l’encontre de Konstantin Kilimnik, de Moscou, en Russie. K. Kilimnik est accusé de complot en vue dentraver la justice et d’entrave à la justice.

7. US v. Richard W. Gates III (1 : 17-cr-201, District de Columbia).

Richard W. Gates III, de Richmond, en Virginie, a plaidé coupable le 23 février 2018 dans une accusation pénale comprenant : le chef d’accusation de complot contre les États-Unis, en violation de 18 USC 371 (qui comprend le complot en vue de violer les 26 USC 7206 (1), 31 USC 5312 et 5322 (b), et 22 USC 612, 618 (a) (1) et 618 (a) (2)) et une accusation de fausse déclaration au procureur spécial et aux agents du FBI, en violation du 18 USC 1001.

6. US v. Paul J. Manafort, Jr., et Richard W. Gates III (1 : 18-cr-83, district est de Virginie).

Paul J. Manafort, né à Alexandria, en Virginie, et Richard W. Gates III, de Richmond, en Virginie, ont été mis en accusation par un grand jury fédéral le 22 février 2018, dans le district est de la Virginie. L’acte d’accusation contient 32 chefs d’accusation : 16 chefs liés à de fausses déclarations de revenus, sept chefs de non-déclaration de comptes de banque et de comptes financiers étrangers, cinq chefs de complot de fraude bancaire et quatre chefs de fraude bancaire. Le 21 août 2018, un jury fédéral a déclaré P. Manafort coupable sur huit chefs d’accusation : chefs 1 à 5, fausse déclaration de revenus des particuliers pour les années d’imposition 2010-2014 ; chef 12, défaut de déposer des rapports sur les comptes bancaires et financiers étrangers pour l’année 2012 ; chef 25, fraude bancaire ; et chef 27, fraude bancaire. Le tribunal a nullifié la poursuite sur dix chefs d’accusation (chefs 11, 13-14, 24, 26, 28-32). Dans le cadre de son accord de plaider-coupable du 14 septembre 2018, P. Manafort a reconnu sa culpabilité quant aux chefs d’accusation retenus contre lui dans cette affaire. Le 7 mars 2019, P. Manafort a été condamné à 47 mois de prison et à une amende de 50 000 $.

5. US v. Alex van der Zwaan (1 : 18-cr-31, District de Columbia).

Alex van der Zwaan, de Londres, a plaidé coupable le 20 février 2018 pour avoir fait de fausses déclarations à des agents du FBI, en violation du 18 USC 1001. Van der Zwaan a été condamné le 3 avril 2018 à 30 jours d’emprisonnement et à payer une amende de 20.000 $.

4. US v. Internet Research Agency, et autres (1 : 18-cr-32, District de Columbia).

Un grand jury fédéral du district de Columbia a rendu le 16 février 2018 un acte d’accusation à l’encontre de 13 ressortissants russes et de trois entités russes accusés d’avoir violé les lois pénales américaines afin de s’immiscer dans les élections et le processus politique américains. L’acte d’accusation accuse tous les accusés de complot en vue de frauder les États-Unis, lorsque trois sont par ailleurs accusés de complot en vue de commettre une fraude électronique et une fraude bancaire et que cinq accusés ont été poursuivis pour vol d’identité aggravé.

3. US v. Richard Pinedo, et autres (1 : 18-cr-24, District de Columbia)

Richard Pinedo, de Santa Paula, Californie, a plaidé coupable le 12 février 2018 pour fraude d’identité, en violation du 18 USC 1028. Le 10 octobre 2018, Pinedo a été condamné à une peine de six mois d’emprisonnement suivie de six mois d’assignation à domicile et l’obligation d’accomplir 100 heures de service communautaire.

2. US v. Michael T. Flynn (1 : 17-232, District de Columbia)

Le lieutenant général Michael T. Flynn (retraité), d’Alexandria, en Virginie, a plaidé coupable le 1er décembre 2017 pour avoir fait de fausses déclarations à des agents du FBI, en violation du 18 USC 1001.

1. US v. George Papadopoulos (1 : 17-182, District de Columbia).

George Papadopoulos, de Chicago, dans l’Illinois, a plaidé coupable le 5 octobre 2017 pour avoir fait de fausses déclarations à des agents du FBI, en violation du 18 USC 1001. L’affaire avait été descellée le 30 octobre 2017. Le 7 septembre 2018, G. Papadopoulos a été condamné à 14 jours de prison, à une amende de 9.500 dollars et à 200 heures de travaux communautaires.

19. 22 mars 2019. Fin officielle de l’enquête Mueller

Le 22 mars 2019, l’US Attorney General William Barr a écrit à quatre hauts dignitaires du Congrès pour les informer de ce que le procureur spécial Robert Mueller lui a remis ce même 22 mars 2019 son rapport, acte final de son enquête sur l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016 et l’éventuelle obstruction à la justice du président Trump.

Dans la foulée de la révélation par le Washington Post de cet épilogue, le Département de la Justice a fait savoir que le procureur Mueller n’avait pas d’autres inculpations sous le coude. Ce dont les partisans de Donald Trump ont inféré que cela voulait dire que le président Trump était désormais hors de cause, une conclusion pour le moins prématurée compte tenu notamment de ce que l’on ne sait pas si le procureur Mueller accuse le président Trump de faits infractionnels, et qu’au demeurant différentes autres enquêtes fédérales intéressant M. Trump sont en cours, et que la Chambre des Représentants de son côté, à majorité démocrate, enquête tous azimuts.

18. Résolution de la Chambre des Représentants sur la publicité du rapport du procureur Mueller

L’annonce par les médias de la fin de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller a conduit la majorité démocrate à la Chambre des Représentants à déposer une résolution demandant à l’US Attorney General William Barr de rendre public (dans les limites des lois désignant des informations confidentielles) le rapport (voir infra, point 1) que doit lui remettre le procureur Mueller. Cette résolution a été adoptée à l’unanimité par la Chambre des représentants le 14 mars 2019.

17. Fin de l’enquête de Robert Mueller. Annonce de CNN (21 février 2019)

Le procureur général des États-Unis, Bill Barr, s’apprête à annoncer, dès la semaine prochaine, la fin de l’enquête sur la Russie du procureur spécial Robert Mueller, et envisage de soumettre au Congrès un résumé du rapport confidentiel de Mueller, selon des personnes proches du dossier.

Les préparatifs sont le signe le plus clair à ce jour que Mueller a presque terminé son enquête de près de deux ans.
Le moment précis de l’annonce est sujet à changement.
La portée et les contours de ce que Barr enverra au Congrès restent flous. Il est également difficile de savoir combien de temps il faudra aux fonctionnaires du Département de la justice pour préparer ce qui sera soumis aux parlementaires.

Mais comme le président Donald Trump se rendra bientôt à l’étranger pour un sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, les responsables du Département de la justice sont conscients de la nécessité de ne pas s’immiscer dans les efforts diplomatiques de la Maison-Blanche, ce qui pourrait avoir une incidence sur le timing.

Le Département de la justice et le bureau du procureur spécial ont refusé de commenter [nos informations].

William Barr a déclaré qu’il souhaitait être aussi « transparent » que possible avec le Congrès et le public, « conformément aux règles et à la loi ». En vertu du règlement sur les procureurs spéciaux [voir infra n° 1], Robert Mueller doit soumettre un rapport « confidentiel » au procureur général à la fin de son travail, mais le règlement n’exige pas qu’il soit communiqué au Congrès ou, par extension, au public. Et, comme Barr l’a clairement précisé, le ministère de la Justice se garde généralement de divulguer des informations « dérogatoires » sur des personnes non inculpées. En conséquence, l’une des questions les plus pressantes auxquelles William Barr sera confronté au cours des prochaines semaines est de savoir dans quelle mesure les conclusions de Mueller devraient être divulguées au Congrès.

Le règlement exige que Mueller explique dans son rapport toutes les décisions de poursuite ou de non-poursuite.

(…)

Donald Trump a déclaré mercredi [20 février 2019] qu’il « dépendait totalement de Bill Barr » de savoir si le rapport de Mueller serait publié alors qu’il se trouvait à l’étranger au Vietnam la semaine prochaine. « Ce sera totalement à la charge du nouveau procureur général. C’est un homme formidable, une personne remarquable, qui respecte vraiment ce pays et le ministère de la Justice, alors ce sera tout à fait à lui », a déclaré Trump à la presse.

Bien que l’enquête Mueller puisse bientôt se terminer, des poursuites judiciaires seront encore menées par d’autres procureurs fédéraux.

En outre, Robert Mueller a renvoyé certaines affaires qui n’entrent pas dans le champ de l’enquête menée par la Russie à d’autres procureurs fédéraux. Certaines de ces enquêtes ont déjà été révélées, y compris l’enquête à New York sur Michael Cohen, l’ancien avocat de l’ancien Trump. Cette enquête a donné lieu à des enquêtes fédérales ultérieures à New York sur la Trump Organization et le Trump Inaugural Committee. Il est possible que l’équipe du procureur spécial ait renvoyé d’autres affaires qui n’ont pas encore été révélées.

Pour les observateurs attentifs de la justice fédérale et de l’équipe de Robert Mueller, de petits changements se sont ajoutés ces dernières semaines. Lundi, mardi et mercredi de la semaine dernière, les personnels du bureau des procureurs spéciaux ont transporté des cartons et ont sorti un chariot rempli de dossiers, ce qui est inhabituel et pourrait laisser présager une clôture des tâches juridiques.

Dans le même temps, la charge de travail des procureurs adjoints à Robert Mueller semble s’amenuiser. Quatre des 17 procureurs de Mueller ont mis fin à leur mandat auprès du bureau des procureurs spéciaux, la plupart étant retournés à d’autres charges au sein Du département de la justice. Et le grand jury auprès duquel les procureurs adjoints à Robert Mueller avaient requis des inculpations du confident de longue date de Donald Trump (Roger Stone), de Paul Manafort, ancien président de la campagne de Trump, et de plusieurs Russes, ne s’est apparemment pas réuni depuis le 24 janvier [2019], le jour de son approbation des charges pénales contre Roger Stone. Même avec ces signes de conclusion, le bureau du procureur fédéral du district de Columbia semble travailler sur des affaires qui pourraient durer plus longtemps au-delà de la mission de Robert Mueller.

(…). Lire la suite

16. Nomination d’un procureur général des États-Unis adjoint, en remplacement de Rod Rosenstein.

Rod Rosenstein (voir infra, point n° 1) est celui qui a nommé le procureur spécial Mueller et supervisé son enquête jusqu’au remplacement intérimaire de l’US Attorney General démissionnaire (Jeff Sessions) par Matthew Whitaker.

Son départ, annoncé pour mars 2019, est diversement expliqué : les uns font valoir qu’il correspond à son propre engagement à ne servir comme n° 2 du Département de la justice que pendant deux ans (il a été nommé par Donald Trump, sur proposition de Jeff Sessions, en 2017) ; d’autres soutiennent qu’il tire de lui-même les conséquences de l’animosité publique du président des États-Unis à son égard. Pas plus tard que le 18 février 2019, le président Donald Trump a édité des tweets accusant Rod Rosenstein et l’ancien directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe, d’avoir fomenté un complot contre lui. Ces tweets relayaient la révélation par Andrew McCabe que Rod Rosenstein et les plus hauts dirigeants du FBI ont envisagé l’hypothèse que le président soit enregistré à son insu en vue de conforter l’enquête de Robert Mueller, voire qu’il soit déclaré inapte à exercer la charge présidentielle selon les termes de la section 4 du Vingt-cinquième Amendement.

Le successeur de Rod Rosenstein est l’avocat et secrétaire adjoint du département des Transports, Jeffrey Rosen.

15. Donald Trump. Sa stratégie juridique et sa campagne de relations publiques afin de saper la crédibilité de M. Mueller et du ministère de la Justice, New York Times, 19 février 2019.

L’histoire des tentatives de M. Trump de défaire les enquêtes [dirigées contre lui] a été abondamment reprise dans les médias, à un tel point que beaucoup d’Américains ont perdu conscience du caractère inhabituel de son comportement. Mais fusionner les éléments révèle l’histoire extraordinaire d’un président qui a attaqué l’appareil de maintien de l’ordre de son propre gouvernement comme aucun autre président de l’histoire et qui a transformé l’effort en obsession. M. Trump a utilisé la même tactique que celle qu’il avait utilisée dans son empire commercial : exiger une loyauté farouche de ses employés, appliquer des moyens de pression pour maintenir les gens en ligne et protéger la marque - lui-même - à tout prix.

C’est une stratégie de relations publiques autant qu’une stratégie juridique - une campagne visant à créer un récit d’un président traqué par ses ennemis « de l’État profond ». La nouvelle majorité démocrate à la Chambre et la perspective d’une vague d’enquêtes sur Capitol Hill cette année permettront de vérifier si la stratégie renforce le soutien politique de M. Trump ou met sa présidence plus en péril. Le président a passé une grande partie de son temps à affirmer publiquement qu’il n’y avait pas de « collusion » avec la Russie avant les élections de 2016, ce qui a détourné l’attention d’un nombre croissant d’éléments de preuve indiquant qu’il avait tenté d’empêcher les diverses enquêtes. Lire la suite

La stratégie consistant pour Donald Trump et ses soutiens à essayer de discréditer le FBI et le procureur spécial (aussi bien dans des commentaires publics qu’au moyen d’enquêtes du Congrès sur les enquêtes du FBI visant le président) a été pratiquée par Richard Nixon dans l’affaire du Watergate. Lire ICI.

14. Livre. Andrew Coan, Prosecuting the President : How Special Prosecutors Hold Presidents Accountable and Protect the Rule of Law, Oxford University Press, 2019.

Qui fut le dernier président à avoir révoqué un procureur spécial et à s’en tirer ? Ce n’est pas Richard Nixon. Lorsqu’il a limogé le procureur spécial du Watergate, Archibald Cox, la réaction de l’opinion l’a immédiatement obligé à nommer un nouveau procureur spécial qui l’a finalement contraint à la démission. Ce ne sont ni Bill Clinton ni Ronald Reagan, qui ont tous deux subi des enquêtes en apparence interminables de la part d’un procureur spécial, Ken Starr et Lawrence Walsh.

C’est Harry Truman, le héros folklorique moderne.

En 1952, dernière année de son dernier mandat, les rumeurs de corruption au sein de l’administration de Truman devinrent épaisses. Le gros de la suspicion concernait le ministère de la Justice et le Bureau of Internal Revenue, prédécesseur de l’Internal Revenue Service. Les recettes fédérales ont été multipliées par huit pendant la Seconde Guerre mondiale. L’énorme expansion de la bureaucratie que cela nécessitait, pratiquement du jour au lendemain, garantissait assurément que de mauvaises pommes arriveraient dans le tonneau. Rien qu’en 1951, des dizaines de hauts fonctionnaires, pour la plupart subalternes, ont été contraints de démissionner pour des allégations de corruption, d’extorsion de fonds et de détournement de fonds.

Selon un biographe de Truman, « l’impression cumulative était celle d’une bureaucratie fiscale pourrie, d’un président relâché et complaisant ». À la fin de 1951, le nuage de scandale s’était étendu à une douzaine d’agences fédérales. Exploitant la controverse, un jeune sénateur ambitieux de Californie a proposé que les grands jurys fédéraux soient autorisés à nommer des procureurs spéciaux de leur propre autorité. Il s’appelait Richard Nixon. Rien n’en est résulté, mais sous une pression grandissante, Truman a annoncé que son procureur général, Howard McGrath, mènerait une enquête.

Le tollé général fut rapide et énergique. En tant que chef d’un des départements à enquêter, McGrath n’était guère impartial. Aux yeux de beaucoup, il faisait partie du problème sur lequel il fallait enquêter. Ni le Congrès ni le public ne lui ont fait confiance pour mener une enquête vigoureuse et impartiale. Pour calmer la fureur de l’opinion, Truman a rapidement accepté la nomination d’un procureur spécial extérieur. Suivant les conseils du légendaire juge fédéral Learned Hand, McGrath a recruté Newbold Morris, un avocat de New York motivé par la réforme.

13. 28 janvier 2019. « L’enquête du procureur spécial Robert Mueller arrive à son terme », annonce le procureur général des États-Unis par intérim Matthew Whitaker.

Le procureur général des États-Unis par intérim, Matthew Whitaker, a tenu une conférence de presse le 28 janvier 2018 afin d’annoncer qu’un grand jury fédéral, à Seattle, avait rendu un acte d’accusation contre deux filiales de la société de télécommunications Huawei Technologies. À cette occasion, il a été interrogé sur l’enquête du procureur spécial Robert Mueller. « Elle est en passe d’être bouclée », a-t-il répondu, ajoutant qu’il espérait avoir le rapport final « aussitôt que possible ».

En effet, le procureur spécial Mueller (voir infra, n° 1) doit remettre au procureur général des États-Unis un rapport confidentiel expliquant ses décisions en matière de poursuite ou de non-poursuite. Comme les décisions de poursuite du procureur spécial Mueller auront déjà été plus ou moins tranchées par des juridictions fédérales, ce sont ses décisions de non-poursuite qui seront spécialement analysées par l’US Attorney General pour suites à donner, celles-ci pouvant consister à revenir sur une ou plusieurs décisions de non-poursuite du procureur spécial, à charge pour un procureur fédéral ordinaire d’agir. Cette tâche devrait incomber au nouveau procureur général des États-Unis William Barr, dont la confirmation par le Sénat est attendue dans le cours du mois de février 2019.

Il va sans dire que la question du statut de Donald Trump dans le rapport final de Robert Mueller est la plus attendue d’un point de vue juridique et politique. Cette attente est réductible à ces questions : le procureur spécial Robert Mueller conclut-il à l’existence de charges quelconques contre le président des États-Unis ? Si oui lesquelles et sur quelles bases factuelles susceptibles de convaincre un Grand Jury ? Sinon, pour des motifs de fait (défaut de preuves) ou des motifs de droit (prescription, immunité) ? Ces questions sont en filigrane de deux débats politico-juridiques déjà ouverts (on y reviendra) :

̶ le rapport du procureur Mueller peut-il ou doit-il être transmis au Congrès alors qu’il est confidentiel et que le droit fédéral ne désigne comme destinataire que l’US Attorney General en tant qu’autorité investie d’un pouvoir de poursuite pénale ? La question n’est pas seulement juridique puisque le rapport du procureur Mueller peut être utile aux Démocrates, majoritaires à la Chambre des Représentants, dans la perspective d’une résolution d’Impeachment qui serait suivie par un « procès » d’Impeachment devant le Sénat (la doctrine juridique française aime à dire que l’Impeachment est une « procédure politique » et non une « procédure judiciaire ». Cela est formellement défendable mais ne l’est pas matériellement pour deux raisons : d’une part, l’Impeachment a une très grande contiguïté avec l’existence ou non d’une procédure pénale ; d’autre part, le Due Process of Law est revendiqué par le Sénat statuant sur une résolution d’Impeachment de la chambre parlementaire voisine) ;

̶ le président des États-Unis en fonction peut-il faire l’objet d’une poursuite pénale et si oui, peut-il se gracier lui-même ?

Lire la suite

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint