Cour suprême. Les nominations de Donald Trump.

John Roberts, le président de la Cour suprême parle. De la (...)

Pascal Mbongo, E Pluribus Unum. Du creuset américain, (...)

L’Impeachment de Donald Trump. Textes et documents.

Le privilège de l’exécutif aux États-Unis : un camaïeu (...)

John Roberts, le président de la Cour suprême parle. De la Cour et de ses lectures d’été (29 juin 2018).

le 29 juin 2018, le Chief Justice John Roberts était l’invité de marque de la Conférence judiciaire du Quatrième circuit judiciaire (fédéral), au Greenbier Resort à White Sulphur Springs (comté de Greenbrier, Virginie-Occidentale). Il répondit aux questions du juge fédéral J. Harvie Wilkinson III, qui portèrent aussi bien sur la retraite de la Cour suprême du juge Kennedy que sur la politique de la Cour de refus des caméras pendant ses audiences, sur la manière dont fonctionne la collégialité à la Cour suprême.

L’on notera que le juge Roberts a accepté de dire à quelles lectures il se consacrerait pendant ses vacances d’été. Le premier des trois livres qu’il a cités est un cadeau de Noël reçu de son auteur, Richard Thomas, professeur de littérature (poésie) à Harvard : Why Bob Dylan Matters. Dans cet essai, Richard Thomas essaie de justifier le prix Nobel de littérature décerné à B. Dylan dont il soutient que l’oeuvre le range davantage du côté des grands poètes de la tradition que de la musique populaire. Richard Thomas n’a pas offert par hasard ce présent au juge Roberts mais en souvenir de ce que le Chief Justice, en 2010, comme d’autres juges avant et après lui, avait cru pouvoir citer Bob Dylan dans une « opinion ». Le deuxième livre cité par John Roberts est une biographie (William Howard Taft) signée par le juriste et historien Jeffrey Rosen (George Washington University). W. H. Taft, auquel John Roberts voue une admiration, fut président de la Cour suprême et président des États-Unis mais est réputé avoir moins aimé la seconde fonction. Le troisième livre cité, When Your Child is Sick, a été signé par une psychologue pour enfants, Joanna Breyer, soit l’épouse d’un autre juge à la Cour suprême, le juge Stephen Breyer.

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint