L’état d’urgence aux États-Unis d’Amérique, in L’état d’urgence. (...)

Lori A. Barker (dir.), Obama on Our Minds : The Impact of (...)

Liberté d’expression, deuxième amendement et relation (...)

Quatrième Amendement et tests de drogue dans les établissements

Terrorisme. Elimination physique ciblée des terroristes hors (...)

Floyd Abrams, « Pourquoi WikiLeaks et les Pentagon Papers sont dissemblables », Wall Street Journal, 29 décembre 2010.

Chacun sait que Daniel Ellsberg a rendu publics des documents gouvernementaux ultra secrets et relatifs à la Guerre du Vietnam. Mais qui se souvient de ceux dont il a préservé la confidentialité et de ses motivations à préserver cette confidentialité ?

En 1971, Daniel Ellsberg décida de donner au New-York Times (puis à d’autres journaux) 43 volumes des Pentagon Papers, soit une étude ultra secrète faite pour le compte du Ministère de la Défense sur les raisons et les modalités de l’enlisement américain dans le conflit du Vietnam. Mais il prit une autre décision, non mois délicate. Celle de préserver par ailleurs la confidentialité de quatre volumes des Pentagon Papers, ceux qui se rapportaient aux efforts diplomatiques fournis par les États-Unis en vue de la résolution de la guerre du Vietnam. Opportunément, ces quatre volumes étaient ceux dont le Gouvernement fédéral redoutait le plus la publication (…).

Lire la suite

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint