Négrophobie et racialisme noirs : William Hannibal (...)

Avertissement.

Livre : Blancs mais... Noirs. Le passing, une mascarade (...)

Haro sur la presse. Le précédent Theodore Roosevelt (The (...)

Livre. Ijeoma Oluo, “So You Want to Talk About Race”, Seal (...)

Du meurtre d’Emmett Till et de comment l’Amérique se souvient de ses moments les plus sombres.

Au bord de Money Road, en face de la voie ferrée, une vieille épicerie pourrit.

En août 1955, un garçon noir de 14 ans en visite à Chicago est venu acheter des bonbons. Après avoir été accusé d’avoir sifflé la femme blanche derrière le comptoir, il a ensuite été kidnappé, torturé, lynché et jeté dans la rivière Tallahatchie.

L’assassinat d’Emmett Till est considéré comme l’un des crimes de haine les plus hideux du XXe siècle, un épisode brutal de l’histoire américaine qui a contribué à rallumer le mouvement des droits civiques. Et l’endroit où tout a commencé, l’épicerie et le marché de la viande de Bryant, est toujours debout. À peine.

Aujourd’hui, le magasin est en ruine, sans toit et couvert de vignes. À plusieurs reprises, des conservateurs, des politiciens et des chefs d’entreprise - même l’État du Mississippi - ont tenté de sauver les quatre derniers murs. Mais aucun consensus n’a été atteint.

Certains résidents de la région ont considéré le magasin comme une tache sur la communauté qui devrait être rasée et oubliée. D’autres ont dit qu’il devrait être restauré en hommage à Emmett et en rappel de la haine qui lui a coûté la vie. Lire la suite

tags : racisme, droits civiques, histoire afro-américaine, Emmett Till, mémoire historique.

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint