Harvey Mansfield, « La virilité vulgaire de Donald Trump », (...)

Shutdown(s). Une brève histoire constitutionnelle et (...)

George Washington. Lettre à Richard Peters du 7 septembre (...)

Livraison. Le nouveau nationalisme, le nouvel américanisme. (...)

Discours sur l’état de l’Union. Pas de pompe et peu (...)

Discours sur l’état de l’Union. Pas de pompe et peu d’applaudissements pour George Washington (1790).

Le président est entré dans un territoire inexploré lorsqu’il se préparait à prendre la parole devant le Congrès.
C’était le 8 janvier 1790, à l’aube d’une nouvelle ère de la politique et du gouvernement aux États-Unis. George Washington, le premier président de la nouvelle nation, est arrivé en voiture au Federal Hall de New York, capitale provisoire, pour prononcer un discours devant le premier Congrès.
Les pouvoirs et les responsabilités du poste occupé par Washington sont restés largement indéterminés dans les premières années de la République. « Il y avait un président élu, mais il y avait peu d’accord sur ce que son travail impliquait », écrit Fergus M. Bordewich.

Il y avait même une incertitude à propos du décorum. Le Congrès se disputa sur le titre de courtoisie à accorder au chef de l’Exécutif ̶ le vice-président John Adams ayant préféré, selon Bordewich, des titres à consonance aristocratique tels que « Son Altesse » (“His Highness”) ou « Sa grande Majesté » (“His High Mightiness”) ̶ avant d’accepter de s’adresser à lui simplement comme « président des États-Unis » Lire la suite

Source : The Washington Post.
Construction de la Maison-Blanche. Crédit : Pixabay.

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint