Notre-Dame de Paris (The Hunchback of Notre Dame), 15 avril (...)

Patrimoine : Cyndi Lauper, Jay-Z, Robert Kennedy deviennent (...)

Avertissement.

La Harlem Renaissance. Un engouement éditorial français.

Du meurtre d’Emmett Till et de comment l’Amérique se souvient (...)

Bayard Rustin, icône gay du mouvement des droits civiques.

[Bayard Rustin] fut conseiller de Martin Luther King Jr. et organisateur de la marche des droits civiques de 1963 à Washington. Néanmoins, l’héritage de Bayard Rustin en tant que figure majeure du mouvement des droits civiques est peu connu aujourd’hui, même parmi les passionnés d’histoire et au sein de la communauté LGBTQ. Son homosexualité lui a coûté cette visibilité et a été considérée par certains comme un obstacle au succès du mouvement.

Rustin est mort en 1987, mais sa voix réduite au silence a récemment été ressuscitée dans un enregistrement audio inédit d’une interview avec le Washington Blade au milieu des années 1980. Ce document sera diffusé cette semaine dans un épisode du podcast Making Gay History. Il a été découvert par Sara Burningham, la productrice exécutive du podcast.

Rustin était la cible d’attaques homophobes et, lors de l’entretien, il a été marginalisé par d’autres leaders noirs à des moments clés du mouvement qu’il a aidé à faire exister.

« À un moment donné, il y avait tant de pression sur le Dr King à propos de mon homosexualité, et plus particulièrement parce que je ne la nierais pas, qu’il a mis en place un comité chargé d’examiner s’il serait dangereux pour moi de continuer à travailler avec lui », dit Bayard Rustin dit au Washington Blade.

Il a cédé, mais comme Eric Marcus, l’animateur de Making Gay History, le raconte à Michel Martin de NPR, Bayard Rustin a continué à travailler pour les droits civiques. Selon Marcus, face aux revers et à la discrimination constants, l’engagement de Rustin a prévalu, une qualité que Marcus attribue à son éducation de Quaker.

Ce rare document sonore a été fourni par le partenaire survivant de Bayard Rustin, Walter Naegle, qui a conservé une bibliothèque de documents en copies de sauvegarde. Ces enregistrements ont permis de mieux comprendre l’icône gaie qu’était Bayard Rustin – soit une dimension [les militants gays des droits civiques] qui, selon Marcus, était absente de son éducation aux droits civiques. Lire la suite

Bayard Rustin

Bayard Rustin a été un des défenseurs des droits civiques parmi les plus importants et le moins connu au XXe siècle. Il est né à West Chester, en Pennsylvanie, et a été élevé par ses grands-parents maternels. Sa grand-mère, Julia, était à la fois quaker et membre actif de l’Association nationale pour l’avancement des gens de couleur (NAACP). Le quakerisme et les dirigeants de la NAACP, WEB Du Bois et James Weldon Johnson, qui étaient des visiteurs fréquents, ont joué un rôle déterminant dans la vie de Rustin. Rustin a fréquenté les universités Wilberforce (1932-1936) et Cheyney State Teachers College (1936), sans avoir obtenu son diplôme. Après avoir suivi un programme de formation pour activistes dirigé par l’American Friends Service Committee (AFSC), il s’installe à Harlem, à New York, en 1937. À Harlem, il s’inscrit au City College de New York et commence à chanter dans des clubs locaux avec des personnes noires, dont John White et Huddie Ledbetter, s’engageant activement dans la libération des Scottsboro Boys et rejoignant la Young Communist League, motivés par leur défense de l’égalité raciale.

En 1941, Rustin quitta le Parti communiste et commença à travailler avec les organisateurs syndicaux A. Philip Randolph et AJ Muste, dirigeant de la Fellowship of Reconciliation (FOR). Ensemble, ils organisèrent le mouvement March on Washington qui protestait contre la ségrégation dans l’armée et l’exclusion des Afro-Américains des emplois des industries de défense. Suite à leurs protestations, le président Franklin Delano Roosevelt a publié le décret 8802 créant le comité sur les pratiques équitables en matière d’emploi.

Rustin, avec les membres de FOR, George Houser, Bernice Fisher et James L. Farmer, ont contribué à la création du Congrès de l’égalité raciale (CORE), pionnier de la stratégie des droits civiques d’action directe non violente. En 1944, il se rendit en Californie pour protéger les biens des Américains d’origine japonaise internés pendant la guerre. En 1947, avec Houser, il organisa le Journey of Reconciliation, le premier Freedom Ride testant le jugement de la Cour suprême interdisant la discrimination raciale dans les voyages entre États. Après avoir organisé le comité Free India de FOR, il s’est rendu en Inde pour étudier la non-violence et en Afrique, où il rencontra les dirigeants des mouvements indépendantistes ghanéens et nigérians.

En tant que pacifiste, Rustin a été arrêté pour violation de la loi sur le service sélectif et emprisonné au pénitencier fédéral de Lewisberg de 1944 à 1946. Au cours de sa carrière, il a été arrêté à vingt-trois reprises pour des droits civiques, y compris pour une accusation de vagabondage et de conduite obscène à Pasadena en Californie [voir ci-dessous un compendium extrait des archives du FBI le concernant].

Rustin était ouvertement gay et vivait avec son partenaire, Walter Naegle, à une époque où l’homosexualité était criminalisée aux États-Unis. Il a ensuite été limogé par le FOR, mais est devenu secrétaire exécutif de la War Resisters League. Il a également été membre du groupe de travail AFSC qui a écrit en 1955 l’un des essais pacifistes les plus influents de l’histoire des États-Unis, Speak Truth to Power : A Quaker Search for an Alternative to Violence.

En 1956, Rustin se rendit à Montgomery, en Alabama, et conseilla Martin Luther King, Jr. sur les stratégies de résistance non violentes lors du Boycott des bus de Montgomery. King et Rustin ont aidé à organiser la Conférence du leadership chrétien du Sud (SCLC). Cependant, en 1960, Adam Clayton Powell, Jr., membre du Congrès de New York, l’obligea à démissionner de la SCLC en raison des préoccupations partagées par de nombreux dirigeants noirs au sujet de l’homosexualité et du passé communiste de Rustin.

En raison de la combinaison de l’homophobie de ses dirigeants et de leur peur de compromettre le mouvement, Rustin ne fut pas reconnu publiquement pour son rôle dans le mouvement. Néanmoins, Rustin continua à travailler au sein du Civil Rights Movement, organisant avec A. Philip Randolph la marche décisive de 1963 sur Washington pour l’emploi et la liberté.

Au cours des années 1970 et 1980, Rustin est resté actif sur le plan politique. Bien qu’il ait souvent partagé leur engagement en faveur des droits de l’homme, Rustin était un critique virulent de la politique émergente des élites noires. Vers la fin de sa vie, il a continué à travailler en tant que défenseur des droits de l’homme, tout en siégeant au conseil d’administration de l’Université de Notre Dame. L’année précédant son décès, il a témoigné en faveur du projet de loi sur les droits des homosexuels dans l’État de New York. Bayard Rustin est décédé à New York le 24 août 1987 des suites d’un appendice perforé (Auteur : Luther Adams, Tacoma).

Sur Bayard Rustin, voir également le texte de Henry Louis Gates Jr

Bayard Rustin FBI by on Scribd

Sur les homosexuels noirs dans l’histoire contemporaine américaine, voir de Kevin Mumford, Not Straight, Not White. Black Gay Men from the March on Washington to the AIDS Crisis, UNC Press, 2016.

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint