L’Impeachment de Donald Trump. Textes et documents.

Ochlocratie ou République plébiscitaire ? Jules Lemaître, La (...)

Cour suprême. Les nominations de Donald Trump

La First Lady des Etats-Unis : une institution politique, (...)

Pascal Mbongo, E Pluribus Unum. Du creuset américain, (...)

1600 Pennsylvania Avenue. 1 : prologue

« L’homme le plus puissant du monde ». Cette formule est à coup sûr l’une des propositions les plus mystérieuses depuis plus d’un demi-siècle. Elle a, en effet, une emprise considérable dans les discours et les représentations alors que tout, ou presque, la rend sans consistance véritable. Ce slogan a été promu à la faveur d’un faux syllogisme : de ce que l’on est la figure majeure du pouvoir exécutif de l’État réputé le plus puissant au monde en termes économiques et militaires, l’on est nécessairement « l’homme le plus puissant du monde ». Mélange de vision magique du pouvoir, d’occidentalo-centrisme, d’indifférence aux sociétés et à leur autopoïèse, d’économicisme, de fascination pour la force militaire ou la « diplomatie bottée » et de scepticisme voire de relativisation des institutions démocratiques et libérales. Un mélange qui a excité, particulièrement en France dans les années 2010, l’idée selon laquelle « l’action n’est pas le plus fort » du président des États-Unis Barack Obama (Nicolas Sarkozy), faute pour l’intéressé d’avoir voulu complètement suivre le « décisionnisme » français en Libye ou en Syrie.

Le procès en pusillanimité fait à Barack Obama a été synthétisé par Bernard-Henri Lévy dans cette formule : « Barack Obama agit davantage en prix nobel de la paix qu’en chef de la plus grande puissance au monde ». C’est Barack Obama lui-même qui, à travers l’un des plus importants articles de presse relatif à sa présidence (Jeffrey Goldberg, « The Obama Doctrine », The Atlantic, avril 2016,) a montré combien le fait pour le président des États-Unis de se convaincre de ce qu’il était « l’homme le plus puissant du monde », d’une part pouvait avoir déterminé certaines décisions parmi les plus inconséquentes des présidents en matière de politique internationale, d’autre part pouvait avoir fait violence au pacte constitutionnel et démocratique américain. Au fond, Barack Obama renouvelait ainsi la critique de la « présidence impériale » qui avait été au cœur de la campagne qui a précédé son élection en 2008.

Mentions légales | Conception et réalisation: Lucien Castex | Plan du site | Accès restreint